BTS Com Curie
Saint-Lô

Accueil > Matières > Les ateliers Production > Présentation de l’Atelier Production

Présentation de l’Atelier Production

samedi 16 janvier 2010, par vincent gardin.

Les ateliers sont une nouveauté dans le BTS Communication. Les étudiants travaillent en groupes sur des activités sous la co-responsabilité des deux enseignants, en l’occurrence Mme Dufour-Coppolani et M Gardin. L’Atelier Production a un volume-horaire hebdomadaire de 4 heures et représente vraiment une autre manière de travailler. Etudiants et enseignants ont tout à y gagner.
Voici une présentation plus précise, un « copier-coller » des pages 90 à 94 du référentiel.

LES ATELIERS « PRODUCTION »

Qu’est-ce qu’un atelier « Production » ?

Il s’agit pour l’essentiel d’une séquence de travail possédant une cohérence thématique ancrée
dans la pratique professionnelle et relevant du champ de compétences de la fonction 1 du
BTS. La cohérence thématique de la séquence s’appuie sur la délimitation de situations
professionnelles (voir infra 1) réellement vécues ou susceptibles de l’être par les étudiants. On
pourra donc s’appuyer sur le vécu effectif des étudiants en stage tout autant que sur des
problématiques simulées à partir de la définition des situations professionnelles.
Un atelier est donc délimité dans le temps scolaire et l’espace professionnel. Il suppose la
collaboration de plusieurs enseignants travaillant de façon coordonnée voire simultanée, en
charge des enseignements d’Economie Gestion et des Cultures de la Communication.
L’organisation des ateliers doit être souple pour permettre des combinaisons variées de
présence des enseignants et des élèves.
Dans tous les cas, il s’agit d’un travail de production, comportant une dimension
rédactionnelle forte (voir infra 2), mettant les étudiants en situation non seulement de résoudre
une situation professionnelle mais aussi de la conceptualiser en mettant à profit les apports et
les éclairages proposés par les enseignants intervenant.

1. Définition

Les ateliers « Production » constituent un espace pédagogique dédié au développement des
compétences, attitudes et comportements professionnels en relation avec la production de
supports de communication et la conduite de projets de communication.
Ces ateliers visent l’acquisition de :
- compétences langagières mobilisées à l’oral comme à l’écrit, principalement en
français ;
- compétences en matière de gestion de projet ;
- compétences dans l’analyse et le traitement des messages (textes, images, sons) ;
- compétences dans l’utilisation des outils informatiques ;
- compétences dans le suivi de la fabrication et de la production.

2. Objectifs

Ces ateliers doivent permettre de :
- développer des comportements professionnels adaptés aux contextes et situations
rencontrés (écoute, réactivité, créativité…) ;
- préparer et conduire tout ou partie d’un projet de communication ;
- de produire des supports de communication dans le respect d’un cahier des charges ;
- de veiller aux évolutions du contexte de l’annonceur et des supports de
communication et des moyens de production à mobiliser ;
- d’intégrer les contraintes juridiques propres au domaine.
L’orientation pluridisciplinaire de ces ateliers de production a pour objectif de rapprocher les
enseignements au plus près de la réalité professionnelle. Le croisement des regards
disciplinaires sur des situations réelles ou simulées donne davantage de sens aux différents
champs de savoirs abordés et en précise la profondeur.

3. Modalités

Ces ateliers seront animés et pilotés conjointement par un professeur d’économie et gestion et
un enseignant de Cultures de la Communication selon un planning et une progression élaborés
en commun, chacun des enseignants apportant sa propre expertise en mobilisant des champs
de savoirs et de compétences spécifiques.
L’organisation des ateliers doit conduire à la prise en charge d’activités par la classe entière,
organisée soit en petits groupes, soit individuellement. Les travaux étant accompagnés par un
enseignant ou pouvant être effectués en autonomie par l’étudiant.
Il s’agit, à partir de dispositifs pédagogiques conçus conjointement par les enseignants
intervenants, de construire différents types d’ateliers de travail, permettant de couvrir
l’ensemble des compétences à acquérir au travers de la production d’outils et supports de
communication divers. On peut ainsi proposer :
- des ateliers d’observation et d’analyse du réel à partir de supports de communication
existants ;
- des ateliers de simulation de situations professionnelles permettant d’offrir des
opportunités de fabrication et/ou d’animation soit spécifiques, soit complexes, soit
rares ou encore prospectives ;
- des ateliers de pratique de la production à partir de demandes réelles ;
- des ateliers dédiés à des pratiques de productions spécifiques (print, web, mailing,
dossier de presse…) ;
- des ateliers de partage d’expériences de production (via les stages…) ;
- des ateliers de transposition (ou de généralisation) de situations vécues ou simulées
(changement d’annonceur, de cibles, de contraintes, de supports, de zone
géographique…) dans des contextes plus ou moins critiques (urgence, incidents,
conflits, aléas…) ;
- des ateliers d’auto-formation (à un logiciel…) ;
- des ateliers de préparation, conception et mise en œuvre de projets, réels et simulés.

4. Méthodologie des Ateliers Production.

1 Phase de mise en situation

La mise en situation est au centre du travail de l’atelier. Elle en constitue la matière d’œuvre
Il s’agit, à partir de situations réelles ou simulées, observées ou vécues, de développer les
compétences attachées à la fonction 1 et correspondant aux deux classes de situation
emblématiques « conduite d’un projet de communication » et « production de supports de
communication ».
Ces deux classes de situation constituent, pour l’atelier Production, les deux thèmes de travail
qui vont donner lieu aux situations de travail à proposer ou à exploiter (avant et/ou après les
stages).

2 Phase d’analyse

La phase d’analyse consiste en une mobilisation des acquis notionnels vus en cours et/ou TD)

3 Phase de conceptualisation

Il s’agit de repérer les invariants, les points communs, les différences via la réflexion du
groupe sur la base de connaissances et expériences et/ou jeux de rôle)

4 Phase de généralisation

Elle consiste en une transposition de la situation initiale par une modification des paramètres,
suivie d’une simulation et d’une réflexion sur la variabilité de la situation.
Travail autour des situations de conduite d’un projet de communication

Analyse en termes de :
- types d’annonceurs et formes de communication
- contexte concurrentiel
- contexte technique, économique et juridique
- mix - marketing
- tendances en matière de communication
- stratégie de communication
- moyens et supports de communication
- coûts et rentabilité de l’action de communication, budget
- documents commerciaux
- notion de projet
- cahier des charges du projet
- planning du projet
- techniques de production
gestion des conflits et résolution des problèmes

Conceptualisation :

- Caractéristiques d’un cahier des charges de projet, éléments invariants
- Conditions de la mise en œuvre du travail en projet
- Optimisation de la présentation des solutions à mettre en œuvre
- Repérage des écueils et conditions de réussite du projet de communication
- Identification des clignotants d’un tableau de bord de projet de communication
Conditions de l’optimisation des relations entre les intervenants au projet

Généralisation

Variation de paramètres : modification de la demande, nouveau type d’annonceur, autre
contrainte budgétaire, nouveau contexte concurrentiel, nouveaux supports à utiliser, incident
avec un fournisseur, etc.

Analyse en termes de :

- sémiologie de l’image
- codes graphiques selon les époques, les tendances et acteurs du moment, la
concurrence
- messages textuels et leur forme
- l’importance et de la portée de la charte graphique
- la relation message / cible
- droit à l’image
- caractéristiques des médias et supports
- médias et supports en fonction du message
- techniques de production des différents supports et contraintes spécifiques
- caractéristiques des prestataires
- documents à fournir aux prestataires de production
- coût et délais de production, de réservation des médias
- type de transmission des documents aux prestataires chargés de la fabrication
- la qualité de documents produits
- contraintes
- organisation de manifestations et contraintes
- animations, d’un stand, d’un point presse
Conceptualisation :

- Caractéristiques d’un message efficace
- Niveau d’adéquation du trinôme message – support – cible
- Conditions de réussite d’une opération de communication
Niveau de qualité des supports produits

Généralisation

Variation des paramètres : changement de cible, de media ou support, de prestataire, etc.

5. L’évaluation des compétences via les situations de travail

L’atelier doit permettre d’acquérir les compétences nécessaires à la mise en œuvre des
situations de travail.
Ces compétences, incorporées dans les situations proposées par les enseignants et les
professionnels du monde de la communication (notamment via les stages), sont à acquérir par
les étudiants. La vérification de ces acquisitions passe par des actions de transposition, c’est
pourquoi, au cours des ateliers de Production, les enseignants peuvent mettre en place des
simulations permettant de faire varier des paramètres des situations de travail, préalablement
rencontrées par l’étudiant, afin de vérifier le degré d’acquisition des compétences.
Ce type d’évaluation s’effectue donc en cours de formation ; l’étudiant pouvant ainsi valider
durant les ateliers tout ou partie de son portefeuille de compétences.

6. Les « ateliers d’écriture professionnelle » comme éléments constitutifs des ateliers de production

Les 3 termes doivent être compris comme d’égale importance :
- Par « atelier », on entend une mise en situation de production d’écrits comme
moment privilégié d’appropriation des techniques rédactionnelles dans un acte de

communication contextualisé. Il conjugue une dimension individuelle, « artisanale », mettant
l’étudiant seul devant sa responsabilité de scripteur et collective, critique tout autant que
constructive, de partage des expériences et d’analyse des effets induits par le texte.
- Par « écriture », on comprend la réponse aux différentes demandes susceptibles d’être
formulées à un professionnel de la communication,
- Par « professionnelle », on marque l’exigence d’une qualité induite par la perspective
de la publication (quelle qu’en soit la forme et l’étendue) de l’écrit.
La thématique d’un atelier est définie par regroupement et recoupement : regroupement
d’étudiants partageant à un moment donné les mêmes expériences et recoupement des
exigences professionnelles rencontrées. Il ne saurait donc en aucun cas être confondu avec un
cours de méthodologie sur tel ou tel support de communication : il s’agit bien d’apprendre en
faisant. La définition des ateliers en liaison avec le suivi d’activités professionnelles est donc
essentielle.
Il n’y a pas de forme canonique régissant un atelier d’écriture professionnelle. Tout est
possible, pour peu que soient pris en compte les objectifs précités : depuis des formes
ponctuelles et étroitement ciblées impliquant la présence de plusieurs enseignants jusqu’à des
formes d’autonomie collective périodique. On peut aussi penser à des formes de travail
collaboratif à distance.