Accueil > Tous azimuts > Le tatouage : Une très longue histoire

Le tatouage : Une très longue histoire

mercredi 29 novembre 2017, par Camille Charpin.

Les premiers tatouages furent créés accidentellement en frottant une main salie avec une plaie, qui une fois guérie laissa une marque permanente. L’histoire du tatouage a commencé il y a plus de 5000 ans et est aussi diverse que les gens qui les portent.

PNG - 367.2 ko

Depuis sa création, cette pratique a beaucoup évoluée que ce soit au niveau de sa signification ou de sa confection. En effet, la pratique du tatouage varie énormément selon les lieux et les époques. Autrefois effectué avec des os et du noir de fumée, il est aujourd’hui conçu à partir d’encres spécialisées et d’une machine électrique stérilisée.
Le tatouage est un art pratiqué depuis des millénaires, et aujourd’hui, des siècles après son apparition, il est considéré comme au summum de sa popularité. Cette pratique reste néanmoins mal connue, on ne peut dire avec précision quand elle a débuté. La découverte de certains corps nous indiquerait qu’elle aurait déjà été présente à la préhistoire. Son histoire tout comme ses fonctions diffèrent d’une population à une autre. Pour certaines le tatouage représentait l’appartenance à une société, pour d’autres il pouvait être un signe religieux aussi bien qu’une punition ou encore la marque de matricule de victimes d’esclavages ou autres (comme par exemple les détenus d’Auschwitz) .
Le tatouage est aussi un moyen de montrer son originalité, de séduire, voir de provoquer. Il correspond souvent, à une étape importante de la vie de quelqu’un que celui-ci invoquera par une signification. L’emplacement de l’inscription a aussi une importante signification et n’est pas anodin.

Contrairement à aujourd’hui, il n’a pas toujours été aussi bien accepté. Il fut souvent associé à la criminalité ou à un marquage forcé ( ligne de liberté par les prisonniers, larmes, anges, femmes etc...) . Malgré le fait que de nos jours la pratique du tatouage soit complètement admise au sein de la société ( et de plus en plus il faut le savoir, 17% des français sont tatoués), certaines professions tels que la police et les métiers de réception, ne comptent pas beaucoup de personnes tatouées dans leurs services. Pour eux, les tatouages sont mal vus. Parfois même les personnes tatouées en recherche d’emploi, se voient opposer des refus d’embauches.

Qu’il soit permanent ou temporaire, le tatouage est un phénomène en croissance constante, plus particulièrement auprès des jeunes. Cependant cette pratique comprend un certain nombre de risques pour la santé. L’ampleur réelle de ce phénomène ainsi que de ces effet restent peu renseignés. Ces pigments peuvent être contaminés et contenir des impuretés. Ce qui entrainerait, une première cause d’infection ( voila pourquoi ils étaient mal vus à l’époque où la médecine n’était pas à son apogée ). La morphologie, et les différentes réactions de peau d’un individu jouent aussi un rôle dans l’apparition de maladies à la suite d’un tatouage. Il faut contrôler les produits utilisés, ainsi que les techniques employées pour effectuer un tatouage. Au total, on ne connaît pas la proportion exacte de complication suite à un tatouage. Il existe un certain nombre d’effets secondaires, qui sont pour la plupart le fruit d’erreur humaine : manque d’hygiène durant la séance, ou un mauvais entretien par la suite. D’autre sont dues à des réactions allergiques, une maladie de peau etc... Néanmoins, il existe aujourd’hui des techniques permettant de se séparer de ces marquages que ce soit pour des raisons médicales ou par regret.

Le tatouage est pratiqué depuis la naissance de l’homme et n’est pas prêt de disparaître.