BTS Com Curie
Saint-Lô

Accueil > Actualités > Section Com > BTS Com au Festival de Deauville : Episode 2014

BTS Com au Festival de Deauville : Episode 2014

mercredi 17 septembre 2014, par vincent gardin.

Quatrième épisode de la série « BTS au Festival de Deauville » Dans cet épisode palpitant, les étudiants du BTS Communication du lycée Pierre et Marie Curie se rendent au Festival du film américain de Deauville. Un air de déjà-vu me direz-vous… Mais c’est sans compter le talent des scénaristes et la qualité de jeu des acteurs…

JPEG - 107.2 ko
Nous y sommes !

D’emblée, nous voilà dans l’action.

Départ 08 h 15 : tout le monde est prêt entre tenues de stars et de festivaliers. Quelques micro-retards bien gérés nous donnent droit à de belles scènes de professionnalisme enseignant (Plans rapprochés sur les visages, gros-plan sur les portables… Du beau boulot !)

Puis le rythme retombe un peu lors de la séquence du trajet.

Quelques beaux portraits néanmoins d’étudiantes, pris sur le vif lors de discussions essentielles (chiffons, applications mobiles, accessoires en tous genres).

Puis l’arrivée au CID (Centre International de Deauville). On mesure ici les moyens de la production. Des figurants comme s’il en pleuvait. L’illusion est totale : nous sommes immergés au cœur d’un Festival plus vrai que nature : la foule dans les files d’attente, l’organisation omniprésente et efficace qui gère les flux de festivaliers, l’émotion du public près du tapis rouge…

Et puis nous retrouvons ce motif, marque de fabrique de cette grande série : la mise en abîme. Encore une fois, dans la série, les étudiants regardent un film. Il s’agit donc d’un film dans un film par un procédé d’enchâssement (les techniciens apprécieront). Dans cet épisode les films enchâssés sont d’une part I Origins, qui a beaucoup plu aux étudiants. Puis, comme d’habitude, la caméra suit, avec une savante alternance, les différents groupes pour les différents films visionnés, Whiplash, film très plaisant dans lequel le réalisateur joue avec le spectateur comme son personnage, un professeur de musique joue avec son élève., Restless, et White Bird. On mesure ici la virtuosité des scénaristes qui parviennent à croiser les récits et à créer de subtiles résonances.

Autre intérêt de l’épisode et de la série en général, l’étude d’un groupe étudiant. Comment 1re et 2nde année vont-ils faire connaissance ? Comment lier des amitiés ? Comment découvrir les autres étudiants dans un cadre différent et propice à l’échange ? Autant de questions admirablement traitées dans cet épisode qui trace, avec légèreté le portrait d’une jeunesse curieuse, autonome, et assez solidaire.

L’épisode se clôt sur le retour à Saint-Lô, mais avec une note d’espoir comme pour dire que tout reste encore à faire, mais plus riche de cette expérience profitable.

Voir en ligne : La page d’accueil du site du Festival du film américain de Deauville

P.-S.

A noter, au générique final, des remerciements appuyés à toute l’équipe du Festival du film américain de Deauville pour leur collaboration à la série.