BTS Com Curie
Saint-Lô

Accueil > Tous azimuts > L’avis des films > Au-delà de Clint Eastwood

Au-delà de Clint Eastwood

samedi 26 février 2011, par Manon Gandon.

Dernier film de Clint Eastwood, Au-delà raconte l’histoire de trois personnes ayant chacune eu une expérience avec la mort.

PNG - 65.3 ko

Celle de Marie, célèbre journaliste française, alors en vacance à Hawaï, qui, emportée par un tsunami, perd connaissance après un choc à la tête et se noie. Elle fera l’expérience de la mort quelques instants avant d’être réanimée par des pêcheurs. S’en suit alors une pluie de questions qui bouleverse son esprit et une importante remise en question d’elle-même et de son a priori sur la mort.
Celle de Marcus, un jeune garçon londonien de 12 ans qui après la mort brutale de son frère jumeau, sombre dans un abîme de questions qu’il cherchera à tout prix à résoudre.
Et celle de George, un ouvrier américain anciennement mentaliste qui après une opération importante s’est retrouvé doté d’un don exceptionnel lui permettant d’entrer en contact avec les morts.
Vastité

Après Gran Torino et Invictus, Clint Eastwood se tourne vers l’univers de la mort, un thème déjà exploité plusieurs foi au cinéma pour lequel on pourrait attendre une nouvelle approche différentes des précédentes. L’étendue de ce thème pourrait, semble-t-il, lui permettre de l’aborder d’une façon innovante et de laisser libre cours à son imagination.
Pourtant, il est totalement passé à côté de cette occasion et il n’a pas su saisir les tenants de ce thème . Il reprend les grandes théories les plus connues sur l’expérience de la mort sans apporter quelque chose de plus qui pourrait donner un intérêt au film. On attend tout le long du film la rencontre des trois personnages qui changerait le cours du scénario, mais celle-ci n’arrive qu’à la fin et n’apporte aucun intérêt au film. La lenteur et l’ambiance presque à l’eau de rose enlève toute crédibilité aux idées du film.

Le spectateur reste sur sa faim et ressort de la salle déçu que le film ne soulève pas plus de questions et qu’il n’incite pas d’avantage à la réflexion personnelle, contrairement à ses deux films précédents.